L'année 2014 s'avère très prolifique en séries TV. Et parmi celles qui sont sortie, je me suis intéressée de près à Salem, qui retrace à sa manière l'affaire des sorcières de Salem. Bien sur, cet épisode de l'histoire américaine est très connue dans le sens ou elle a quand même influé sur la création de la Constitution des Etats Unis. Salem nous plonge dès lors dans une pré Amérique très puritaine, à la fin du XVIIème siècle....

Salem_Serie_de_TV-196827674-large

Salem, 1685, John Alden est envoyé par le révérend Sybley, un ultra puritain, en guerre contre les indiens qui menacent la petite ville. Avant de partir, John Alden promet à Mary, celle qu'il aime, que la guerre ne durera même pas un an et qu'il reviendra vite. Ils pourront alors se marier. Après cette nuit ensemble, quelques temps plus tard, Mary s'aperçoit qu'elle est enceinte de John. Cet enfant illégitime ne doit pas naître et Mary accepte l'offre de Tituba de faire disparaître cet enfant, lui promettant le monde en échange de ce sacrifice....

1692, 7 ans plus tard, Mary est devenue Mary Sybley, Salem est en proie aux sorcières et John Alden revient brusquement au bout de 7 ans d'absence. Il s'aperçoit vite que tout à changer, que la peur est présente dans la ville, devenue la proie du mal et de la sorcellerie....

168497

Je m'arrêtela dans mon synopsis pour éviter d'en dévoiler trop sur l'intrigue de la série, même si on a tous une idée du sujet. La série est mise en scène dans des tons glauques et froids, très brumeux, baignant dans une ambiance mystique. Le noir est omniprésent, surtout pour les vêtements, on peut presque y retrouver les sorcières.... Chaque épisode commence par un générique signé Marilyn Manson. Je ne suis pas du tout fan de ce chanteur mais il faut avouer qu'il sert ici bien la série avec une chanson et un son efficace.

Côté historique, les personnages cités ont pratiquement tous réellement existé et Salem essaye d'introduire de vrais éléments historiques, ce qui est plutôt plaisant quand on sait que nombre de séries font l'impasse sur la réalité des faits historiques. Enfin je ne m'énerverais pas sur ce sujet, mais ici l'effort est fait et malgré quelques minimes erreurs tout est vrai. Alors bien sur il faut enjoliver pour rendre la série plus attractive encore, mais ça n'enlève rien à l'essence du show qui s'en sort remarquablement bien, bouleversant un peu les codes. J'ai réellement apprécié la volonté de coller à la réalité, notamment avec les instruments de tortures... :)

seth-gabel-dans-salem

On pourra regretter quelques moments de scénarios un peu plat et parfois un manque d'action, mais c'est une première saison et il faut pouvoir trouver son genre et surtout son rythme. Les acteurs, excepté Shane West (le rock Ray Benett de ER), sont peu ou pas connus mais n'en réussissent pas moins une très bonne performance, tout en subtilité, ou parfois en horreur... Quand à Shane West lui même, j'avoue que je ne l'ai pas trouvé à la hauteur de ses capacités. C'est sûrement le rôle qui veut ça, dans un John Alden très secret, mais un peu plus de diversité ne ferait pas de mal.

1297550254108_ORIGINAL

Quand à l'histoire de cette saison, j'ai retrouvé la même tension, montée en puissance que j'ai vu par exemple dans l'excellente saison 2 de Arrow. Tout est fait pour maintenir une pression constante, en tentant de brouiller les frontières sur qui est gentil, qui est méchant, faisant se perdre le spectateur et bouleversant les codes : rien n'est acquis, les gens ne sont pas ce que l'on croit. Finalement le dernier épisode nous place dans une attente insoutenable ou on peut raser tout ce que l'on avait pris pour acquis.

Alors je vous dis à 2015, pour la suite de cette très bonne série....