Lundi, je suis un peu tombée des nues à l'annonce de la mort de Robin Williams. Ca ne paraissait pas possible. C'est un peu l'acteur de toute une génération né dans les années 70 et 80. On pourrait sur le blog faire un article bien gnangnan sur l'acteur mais ce n'est pas trop notre style. Chez cet acteur, 3 films m'ont marqué plus que d'autres et pour cet article, nous allons nous intéresser au film Good morning Vietnam, de Barry Levinson, datant de 1987.

46f868479c773

J'ai vu pour la première fois ce film...hier. Je sais, je sais c'est du grand n'importe quoi. Mais à l'époque où je voulais l'étudier avec mes élèves, je ne le trouvais pas en dvd et après ce n'était plus au programme de 3è. Et hier, France 2 a programmé ce film...à 22h50 pour se terminer à 1h du mat'. Moi qui n'arrive jamais à me coucher très tard, là il n'y a eu aucun souci tellement le film est prenant.

good-morning-vietnam-1987-10-g

Viêtnam, 1965: la guerre a commencé depuis presque deux ans. L'animateur radio Adrian Cronauer est transféré de Crète à Saïgon. Il vient prendre un poste à la radio de la zone démilitarisée, Radio Forces Armées (en), et est accueilli par son futur adjoint, le première classe Edward Garlick. Cronauer n'est lui aussi qu'un simple soldat de l'aviation, mais c'est déjà un animateur au succès reconnu, et c'est pour cela que le général Taylor l'a spécialement fait venir de Crête. Adrian a un style bien à lui: adepte du comique sous toutes ses formes et fan de vrai rock, il redonne un souffle à la radio, et devient très apprécié de tous les soldats qui combattent au Viêtnam. Il n'y a qu'une partie de la hiérarchie qui déteste les pitreries de l'animateur radio.

En parallèle, Adrian tombe amoureux d'une Vietnamienne mais doit faire face au jeune frère, Tuan, qui a bien compris le manège d'Adrian. Une seule solution pour voir la jeune femme: prendre comme travail supplémentaire celui de prof d'Anglais.

 

Good-morning-Vietnam

Stopper la présentation de ce film à cette simple description serait grossier. Déjà dans les années 1980, Robin Williams montre qu'il sait faire le clown mais que ce même clown peut avoir des accès de mélancolie voire de colère. Et c'est ce que l'on remarque dans ce film lorsque le personnage d'Adrian, incarné par Robin Williams, est réellement confronté à la guerre du Viêtnam. Lorsqu'Adrian réchappe d'un attentat à la bombe ou lorsqu'il se fait tirer dessus, il comprend que la guerre qui paraît si loin à son poste de radio, est plus près qu'il n'y paraît. De la même manière, l'amitié qu'il a pour Tuan (l'élève vietnamien) et sa famille lui font comprendre qu'on ne peut pas être manichéen dans cette guerre: les Américains ne sont pas forcément les bons et les Viêtnamiens ne sont pas forcément dociles et ignorants de la politique de leur pays. Si les combats ne sont pas le thème principal du film, la guerre et la peur de celle-ci sont toujours présentes. Adrian a le coeur serré lorsqu'il voit partir tous ces jeunes soldats au front.

Le film respecte vraiment la période qu'est celle des années 60: que ce soit au niveau politique, culturel ou linguistique, tout est rendu de la manière la plus réaliste possible. Cela se voit notamment au cinéma: les films sont sous-titrés en vietnamien, en anglais ...et en français (la guerre d'Indochine et l'ancienne colonie française ne sont pas loin).

Un point également plus que positif est l'attention porté à la musique. La musique crée l'ambiance d'un film, d'autant plus quand le personnage principal est animateur radio. Le film montre également que le "rock" n'est pas encore forcément bien accepté partout, et notamment dans l'armée ou "être dans le rang" signifie le refus du libre-arbitre (et le rock adore la rébellion et le fait de penser par soi-même).

En bref, un film à voir ou à revoir qui montre un Robin Williams au sommet de sa forme mais aussi plein d'émotion. So let's rock avec la bande-annonce du film que l'on reconnaît par le simple cri de "Good morning Vietnam"!!!

Good Morning Vietnam (1987) - Official Trailer [VO-HD]