Quatrième partie du défi, aujourd'hui nous allons voir un roman qui se passe au XIXème siècle américain, en 1880 pour être précis, dans les terres profondes du pays, au Montana...

Le résuméAmérique, 1880. Secrètement amoureuse de Nicolas Gray depuis longtemps, Mariah Scott est bouleversée quand, devenu veuf, ce dernier lui propose un mariage de convenance. Oh, bien sûr, elle n’est pas dupe : Nicolas ne l’aime pas et ne conclut ce singulier contrat que dans l’intérêt de ses deux enfants. Mais, avec le temps, peut-être ses sentiments évolueront-ils ? Mue par cette espérance, elle accepte son offre - et déchante le soir même de ses noces quand Nicolas lui annonce son intention de faire chambre à part. Blessée, elle s’efforce toutefois de cacher son chagrin et reporte son affection sur Joey, son jeune beau-fils, et sa sœur Georgie. Mais, là aussi, bien des tourments l’attendent, car si la petite Georgie se laisse conquérir, Joey, en revanche, lui témoigne d’emblée une franche hostilité…

l-enfant-des-moissons

Côté historique : Malheureusement c'est un point qui m'a manqué dans ce livre. Alors l'action se passe en 1880, au Montana, mais il semble que l'auteur en ait volontairement fait une bourgade pommée, avec pas une seule ville à 500 km à la ronde, même pas relié par le chemin de fer ou la diligence. L'histoire se passe en huit clos! Difficile donc de parler vraiment d'histoire dedans... Il me semble pourtant que le territoire fut un lieu d'immigration massive pour ses réserves d'or... Concernant ce qui est la mode et les façons de vivre, ok, c'est typique de l'ouest américain, même si le Montana est à la frontière canadienne...

Côté romance : J'avoue dans mon humble faiblesse que, comme j'étais assez déprimée au moment de le lire, et bien j'ai trouvé ça sympa. Je pense qu'en le relisant à tête reposée ce ne serait plus le cas. En y réfléchissant c'est assez mou même si l'auteur a voulu y inclure beaucoup d'émotions. Autant que je comprends les protagonistes qui ont été blessé de part et d'autre mais être autant buté, le héros j'ai eu fortement envie de lui donner des baffes! Le pire c'est que ce n'est pas comme s'il la connaissait depuis un sacré moment! Non, le butor ne pense qu'à lui et ses enfants. Côté héroïne, ce n'en est pas vraiment une mais elle semble assez authentique. Bref, ça s'oublie vite...