C'est en 1692 au nord des actuels Etats Unis, dans le Massachusetts, qu'éclata l'histoire des sorcières de Salem. Si aujourd'hui la petite ville a changé de nom, elle n'en reste pas moins célèbre par le retentissement qu'à eu cette affaire. 

400px-SalemWitchcraftTrial

Tout d'abord le contexte : il s'agit du début de la colonisation de l'Amérique par des anglais mais aussi des français, dans un environnement plus qu'hostile. La communauté, incertaine quand à son avenir, était en proie aux attaques régulières des Amérindiens. Une milice recrutée parmi les habitants du village tentait de défendre ses habitants et ne pouvait bénéficier que du soutien anglais.

Entre temps, la Nouvelle Angleterre s'enrichissait grâce au commerce, et puritains et non puritains pouvaient prospérer de la même manière. Mais cette "invasion" du commerce a fait décliner le clergé, semant ainsi des troubles parmi la population. L'atmosphère de peur créée par les attaques n'a fait qu'emplifier le phénomène, menant au procès des sorcières de Salem.

d81acad4

L'affaire : Durant l'hiver 1691/92 arrivèrent à Salem le révérend Samuel Parris ainsi que sa femme, sa fille Elizabeth et sa nièce Abigail Williams. Ils étaient accompagnés de deux serviteurs : John Indian et sa femme Tituba. Tituba, métis, racontait de nombreuses histoires de son île aux deux jeunes filles et en vint à effectuer devant elles des tours de magie. Bavardes, les deux jeunes filles répendirent l'affaire à d'autres jeunes filles du village et Tituba fit ainsi des réunions composées d'Elizabeth, d'Abigail Williams mais aussi d'Ann Putmann Jr., de Mary Walcott, Marry Warren (une servante), Mercy Lewis (autre servante), Elizabeth Booth et Susannah Shelton.

Ces réunions furent très vite assimilées comme appartenant aux forces du diable. Quand Abigail et Elizabeth se mirent à parler une langue inconnue et à avoir une attitude étrange, elles furent examinées par des médecins sans qu'aucun diagnostique rationnel puisse être délivré. On conclut rapidement à une possession satanique. "Contagion" chez les autres jeunes filles, toutes accusent Tituba de les avoir envoûté, ainsi que Sarah Good (une mendiante) et Sarah Osbourne (une vieille femme). Ces femmes sont accusées de sorcellerie le 1 mars 1692 et d'autres accusations suivent rapidement, semant le trouble, la peur et la confusion parmi les habitants du village.

amdnls6e

Sont également accusées Dorcas Good (fille de Sarah), Rebecca Nurse (vieille femme), Abigail Hobbs, Deliverance Hobbs, Martha Corey, Elizabeth et John Proctor. Mais sans gouvernement, il ne peut y avoir de procès officiel. Il faut donc attendre la fin mai 1692. C'est à cette période qu'arrive le gouverneur William Phips qui institue une Court of Oyer and Terminer. Mais une des accusées est déjà morte, Sarah Good a accouché et d'autres sont malades. En tout, 80 personnes attendent leur procès.

Sur l'ensemble des accusées, une seule est relâchée, les autres étant condamnées à mort pour sorcellerie. Seules celles qui sont enceintes doivent attendre leur délivrance pour voir la sentence être appliquée. Les condamnés (dont 6 hommes) sont pendus par vagues durant l'été. Seul Giles Corey subit le supplice de la pierre car il refuse d'avouer. En tout 19 personnes seront pendues. L'affaire provoque de nombreux autres problèmes : les cultures ne sont plus faites, le commerce est en bernes et certains accusés s'enfuient vers New York.

Les procès se terminent en octobre 1692. Les accusés sont relâchés progressivement jusqu'au printemps 1693. Les procès sont officiellement clos après l'appel du clergé et du révérend Mather.