Et voilà, retour d'Ecosse. Même si cette région fera l'objet de futurs articles, chaque voyage est l'occasion d'une lecture particulière. Il y a cinq ans, c'était Simone de Beauvoir. Cette année, c'est le roman d'Anne Chérian, Une bonne épouse indienne. Et ce qui est bien dans ces lectures de vacances, c'est que je débats toujours du roman avec Mein Sohn, mon meilleur ami. Donc cet article défend autant mon point de vue que le sien.

anne-cherian

Anne Cherian est née en Inde et a étudié aux universités de Bombay, de Bangalore et, finalement, de Berkeley en Californie. Elle vit aujourd’hui à Los Angeles. Elle signe là son premier roman. L'histoire est principalement celle de Neel et de Leila. Neel est né en Inde, est parti faire ses études supérieures aux Etats-Unis et est devenu anésthésiste. En changeant de pays, il a décidé de changer de nationalité et de prendre la plus grande distance possible avec sa culture d'origine. Leila a trente ans et vit en Inde. Le problème est qu'elle est célibataire et qu'à son âge en Inde, c'est presque un cas desespéré. Vivant avec sa famille, travaillant comme professeur de littérature à l'université, elle finit par se dire qu'elle sera considérée comme "la vieille fille" de son village. Sauf que ces deux-là vont finir par se rencontrer...et font l'objet d'un mariage arrangé par l'intermédiaire de leurs familles respectives.

une-bonne-epouse-indienne-de-anne-cherian-livre-878247154_M

Et voilà Neel obligé de ramener Leïla chez lui, à San Fransisco. Cependant, Neel a fait sa vie, s'est construit une vie privée qui passe par la présence d'une maîtresse dont la famille de Neel ne connaît pas l'existence. Il refuse donc de tout son être la préence de cette "épouse officielle". Quant à Leïla, sa vision idyllique et romantique du couple et du mariage est mis à mal par la découverte d'une nouvelle culture, d'un mari distant et de secrets qu'elle finit par découvrir. De là, une relation créée de toutes pièces peut-elle durer?

Et c'est là que le débat a commencé entre moi et mon meilleur ami pour tenter de décrire et de présenter au mieux le roman. Car ce roman nous a tenu en haleine, nous a fait miroiter des promesses...et nous a aussi donné quelques déceptions. Le point positif principal du roman est la découverte d'une autre culture. Moi qui ne connais presque rien de l'Inde, j'ai pu m'immerger dans la culture indienne par ce roman. La découverte de la cuisine, de la religion, des coutumes a été une réelle découverte pour moi. De la même manière, il est intéressant de découvrir comment quelqu'un qui change de pays appréhende son nouveau pays d'adoption.

Là où le bât blesse, c'est la fin. Je ne dirai rien car je déteste que l'on me dévoile les fins de roman. Mais il y a deux grosses faiblesses: des descriptions et des réactions qui peuvent tendre au "cliché". Mais aussi des actions prévisibles, une forme de destin inéluctable que rien ne peut empêcher de se produire. Cela nous a contrarié car le choix de la progression de l'intrigue gâche un des points forts du roman qui est que chaque personnage n'est pas totalement innocent ou totalement coupable.

En bref, un premier roman qui est prometteur mais qui perd de sa fraîcheur avec la progression de l'intrigue. Toutefois, je vous le recommanderai, rien que pour la discussion que cela peut engendrer si d'autres le lisent en même temps que vous...ou par dessus votre épaule. Bonne lecture!