Je tente de rattraper mon énorme retard au niveau des films qui sortent au ciné. Et j'ai découvert dans ma ville (au bout de presque 2 ans quand même sic) un petit ciné qui propose des films qui ne vont pas forcément attirer les foules. Et mon choix s'est porté sur Pas son genre de Lucas Belvaux, en salle depuis le mois d'avril (et il l'est encore pour quelque temps, notamment à Lille pour les nordistes).

Couverture-Pas-son-genre-de-Philippe-Vilain

A la base, l'histoire provient d'un roman, celui de Philippe Vilain. Et c'est une des rares fois où j'ai vu le film avant de lire le livre. Je sais seulement que le roman adopte un ton plus cynique et adopte le seul point de vue du personnage principal masculin. J'ai donc noté cet ouvrage sur ma liste des futurs romans à acheter et je vais m'attacher essentiellement à l'explication du film.

pas_son_genre

L'histoire est celle de Clément, écrivain et professeur de philosophie. Incapable de s'attacher en amour, il apprend que pour l'année scolaire à venir, il est muté dans un lycée...à Arras et non à Paris. Autant dire que ce Parisien prend le TGV à contre-coeur et arrive dans le Pas de Calais, en se jurant de repartir au plus vite. De l'autre côté, on rencontre Jennyfer (à prononcer à l'anglaise ^^), arrageoise depuis toujours, coiffeuse, maman célibataire et qui est optimiste pour un régiment de dépressifs. Cette jeune trentenaire pétillante adore le karaoké, Jennifer Aniston et les livres d'Anna Gavalda. Et en voulant se faire couper les cheveux, Clément rencontre Jennyfer...et en fait sa maîtresse, tandis que Jennyfer fait de Clément "une belle rencontre".

on-recherche-900-figurants-pour-le-tournage-de-pas-son-genre-grand-casting-samedi-a-la-citadelle-d-arras-7482444

De là, le réalisateur Lucas Belvaux pose de nombreuses questions sur la naissance et la réussite d'une relation amoureuse. La question qui se pose est celle de savoir si un prof de philo peut tomber amoureux d'une coiffeuse? La fracture culturelle et sociale qui sépare les deux personnages peut-elle être franchie? De leurs goûts en matière de lecture à leurs loisirs et leurs envies, tout les oppose. Peut-on cependant être heureux à deux?

La force du film est qu'on n'est absolument pas face à une comédie sentimentale sans saveur. On a plutôt l'impression d'être face à un couple réel: lui qui refuse l'engagement car pensant trouver toujours mieux et elle qui sait ce qu'elle veut et qui se rend progressivement compte qu'elle l'aime plus que lui ne l'aime. Les deux acteurs Emilie Dequenne et Loïc Corbery (de la comédie française) ne jouent absolument pas des personnages caricaturaux. En effet, Clément s'intéresse de plus en plus au quotidien de Jennyfer. Et cette dernière n'hésite pas à s'atteler à lecture de Kant...qui à rechercher des mots dans le dictionnaire à chaque page. Mais on sent tout au long de leur histoire une tension. Le réalisateur Lucas Belvaux explique dans une interview réalisée en avril pour allociné qu'il n'y a pas pire blessure que celle de rabaisser une personne au sujet de sa culture personnelle. Personnellement, je suis d'accord avec cette affirmation. Et le film traite de cela également.

Pas-son-genre-de-Lucas-Belvaux-01

Le film permet aussi de découvrir la région Nord Pas de Calais. Et l'on découvre que dans cette région aussi il peut faire beau (sic ^^) et que non, tout le monde ne parle pas chti (zut alors). Et même s'il est tout à fait vrai que Paris possède de superbes lieux de culture et de loisirs, la "province" peut proposer quelques lieux sympathiques aussi.

Au final, on sort du film avec pas mal d'interrogations (car on ne s'attend pas du tout à cette fin là et on se demande si le film est réellement fini) et on se sent avoir une affinité avec les deux personnages (avec, pour ma part, une plus grosse affinité avec la super optimiste Jennyfer). Ce film à la saveur douce-amère est une superbe découverte! Je vous laisse avec la bande-annonce. Bon film!!!

PAS SON GENRE Bande Annonce (2014)