Depuis que je travaille, je trouve que ça passe trop vite. Et comme je fonctionne en année scolaire, je me dis en septembre que j'ai plein de temps devant moi et deux minutes après, j'ai l'impression de me retrouver en juin. Et donc, il m'arrive de me demander ce que je ferai le jour où je serai en retraite (ben quoi, on a le droit de rêver que notre génération aussi connaîtra la retraite ^^).

Le livre de Fanny Chesnel, Une jeune fille aux cheveux blancs, paru en février 2011 chez Albin Michel, pose la même question. L'histore est celle de Caroline: elle vient d'avoir 60 ans et est toute jeune retraitée. De là commence selon les normes établies le "3è âge"...et son lot de questions, de doutes, d'interrogations. Après avoir passé les vingt premières années de sa vie à apprendre à vivre, puis quarante années à travailler, que fait-on une fois qu'il n'y a plus aucune contrainte?

Une-jeune-fille-aux-cheveux-blanc-Fanny-Chesnel-193x300

Pour Caroline, c'est le grand flou artistique et elle n'a même pas le temps de cogiter seule que la solution lui est imposée: Philippe, son mari, travaillant encore, leurs filles ont offert comme cadeau d'anniversaire un abonnement pour un club de loisirs pour seniors, Les beaux jours. Tout pour ne pas être seule: au programme: randonnée, cours d'informatique, d'oenologie, de théâtre, de poterie...bref, remplir son emploi du temps, toujours faire pour conserver un statut d'"actif".

En bon petit soldat, Caroline s'y rend, tout en ne voulant pas s'investir. Toutefois, elle s'habitue progressivement aux autres, découvre d'autres personnes avec les mêmes interrogations, des fêlures autres que les siennes...et rencontre Julien. Julien, le bénévole en informatique de 30 ans son cadet...jeune, fougueux, blessé. Commence alors une liaison, une nouvelle aventure, et une rébellion face à la retraite et au conservatisme.

J'ai beaucoup apprécié le livre. Caroline est un personnage complexe: elle est à la fois la représentation de l'ex-68arde qui s'est rangée et a atteint un niveau de vie confortable, une ado de 15 ans excitée par un nouvel amour et la liberté que celui-ci lui procure, une épouse et une mère qui exige qu'on la laisse vivre à sa guise puisqu'elle s'est consacrée aux autres assez longtemps. C'est aussi une femme qui a perdu sa meilleure amie d'un cancer quelques mois plus tôt et qui essaie d'avancer malgré le deuil. On oscille tout au long du roman entre traits d'humour bien placés et moments d'émotion. Caroline doute et sait ce qu'elle veut, est heureuse et remplie de tristesse, veut profiter de la vie et rester seule chez elle sur le canapé...en bref, est à un moment de sa vie où elle veut recréer de nouveaux repères.

Il y a de nombreuses citations extraites du livre que je pourrais donner. Pour ma part, c'est ce passage au début du roman qui m'a plu, pages 7-8:

"Comme s'il lisait dans mes pensées, mon gendre-toujours-aussi-con lance à la cantonade: N'empêche Caro, vous êtes quand même super bien conservée. (...) Conservé? C'est censé me remonter le moral? C'est un peu comme s'il avait ouvert une vieille boîte de raviolis en se disant: Mais c'est pas dégueu, c'est vachement bien conservé en fait ces trucs-là".

120x160-Les-Beaux-Jours-BD-11

Juin 2013, un film se fondant sur le roman est sorti, Les beaux jours (du nom du club special seniors). Je suis partie le voir avec mon meilleur ami et j'avais franchement plein d'espoir. Notamment en voyant Fanny Ardant (le blond lui va bien aussi ^^), je me suis dit "ça va le faire". Mon verdict c'est "bof" (oui, je vais développer). Le problème vient peut-être du fait que j'ai lu le roman avant de voir le film mais le rendu est fade. Le seul élément que j'ai apprécié est que le film ait été tourné sur la Côte d'Opale. Fanny Ardant n'a aucune fougue et parle comme si elle avait un cornichon coincé dans l'arrière-train, le jeune et torturé Julien est devenu un simple baiseur et les autres personnes du club des potiches. L'esprit frondeur et rebelle du livre est perdu et on se retrouve simplement avec une histoire d'adultère. Je suis sûrement très critique mais je ne comprends pas comment on peut rendre une histoire aussi intéressante...fade.

les-beaux-jours

Bien évidemment, c'est à vous maintenant de vous faire une opinion. Mais si vous décidez de regarder le film, n'en restez pas là et partez à la découverte du roman. Sur ce, je vous laisse avec la bande-annonce:

N.B: plus que 10 jours avant la clôture pour les inscriptions du défi d'octobre. Si vous ne vous inscrivez, j'écris une lettre au Père Noël pour demander qu'on vous prive de cadeaux (niakniakniak rire de méchante)!