Il est des sagas qui sont cultes au cinéma.... et chez moi aussi! Je n'achète pas beaucoup de BluRay/DVD mais seulement ceux qui pour moi sont indispensables.... Des classiques quoi!

 

alien21

La saga Alien fait partie des films que j'ai toujours plaisir à voir et à revoir. Aliens (le deuxième) reste indéniablement mon préféré, notamment la version longue de 1996 avec pratiquement 30 min de séquences en plus!

Tout commence par la découvert d'une navette dérivant dans l'espace. Il s'agit de celle de Ripley qui est perdue depuis 57 an. Le début du film reprend donc 57 ans après la fin du premier, dans les même éléments de décor. C'est donc directement un raccord avec l'oeuvre de Ridley Scott.

 

aliens08      large_520211

Les 20 min qui suivent sont indirectement un rappel des évènements d'Alien, le huitième passager. Ripley évoque bien clairement la force de l'alien qui a réussit à lui seul à tuer presque tous les passagers du Nostromo. Les spectateurs peuvent dès lors commencer tranquillement la vision du film sans avoir forcément vu le précédent vu que tout nous est expliqué... Et Weaver montre alors toutes ses capacités d'actrices car malgré des dialogues très long, on ne s'ennuit pas! C'est aussi un rythme lent qui est la touche des débuts de films de Cameron, comme pour tout mettre correctement en place sans perdre le spectateur.

Bien sur, des colons se sont installés sur la planète où les passagers du Nostromo avaient découvert le vaisseau alien... Ces premières scènes sont sales, froides avec un style très industriel. C'est la encore une volonté de James Cameron.... Ripley est anéantie de savoir que des enfants sont installés sur la planète... prémices d'un instinct maternel récurrent.... Pour la petite histoire il s'agit d'une colonie de terraformation. Sur la planète, chaque famille de colon se voit alouer une portion de territoire qu'elle peut exploiter comme elle le souhaite. C'est ainsi qu'une famille trouve le vaisseau. Le père partant en reconnaissance... on le retrouve avec un facehugger sur le visage.... signe de destruction avec une petite blondinette hurlant.

Pour faire face à ses démons, Ripley accepte de partir car il n'y a plus aucun contact avec la colonie. L'intérieur du vaisseau est filmé en plans larges et chaque personnage est présenté.

On y découvre un synthétique qui est encore un rappel du premier film. Lance Henriksen incarne ici l'androide qui est la réplique du créateur de la compagnie Weyland, à l'origine de la terraformation. Bishop s'avère être totalement différent de l'androide du premier film. La scène du couteau n'a pas été doublée...

 

Aliens_le_retour_1986_Aliens_2    aliens1215443127_aliens_le_retour_1986_aliens_5

Les seconds rôles sont ici excellents, chacun convainquant et le tout se mets en place sans fausse note.

Une fois l'équipe de secours arrivée sur la planète, elle découvre un complexe mis sans dessus dessous. Aucune trace humaine n'est découverte... Les femmes sont de suite mises à l'honneur avec une petite fille qui a réussit à survivre. Les militaires découvrent les aliens retranchés dans le processeur atmosphérique qui est une sorte de réacteur nucléaire. C'est donc une marque d'intelligence des aliens. La mission échoue et une grande partie des militaires est tuée.

 

aliens1      james-cameron-aliens-le-retour-1600x900

S'ensuit nombre de combats. On apprends qu'en fait Burke, le responsable civil a pour volonté d'implanter des aliens dans l'équipe de secours et éviter ainsi la quarantaine. Au final, seuls Bishop, Ripley, Newt et Hicks s'en sortent. Ripley réussit à tuer la reine que l'on rencontre ici pour la première fois.

 

18908783      aliens-le-retour-1986-10-g

Les aliens sont différents de ceux du premier film : ils ont une forme différente, plus animale mais sont aussi plus rapides. Leurs crânes sont plus lumineux et d'aspect plus squeletiques. La reine est la grande nouveauté puisque totalement absente dans le premier film. Elle est beaucoup plus grande, plus pure puisque non née d'un humain. Elle possède un ombilic lui servant à pondre des oeufs. C'est encore ici un rapport à la féminité et à la sexualité. Le lien mère/fille est ici totalement constant tout le long du film, que ce soit pour les humains ou pour les aliens. 

Le rythme du film est progressif et soutenu, en cadence avec la musique. C'est la première fois que l'on emploi le terme de xénomorphe pour désigner les aliens. Le caractère de Ripley se veut dur et intransigeant mais aussi, encore une fois très maternelle et protectrice.

Le film est devenu culte pour des milliers de fan. Les répliques comme "Ne la touche pas sale pute" sont archies connues.

Le film parle aussi du rapport avec le colonialisme européen qui s'est fait dans les grandes colonies d'Asie ou d'Amérique.

Aliens n'est donc pas un simple film de science fiction mais aussi un parti prit de la féminité et de la force de la femme dans un monde complexe et cruel ainsi qu'une allusion au modèle colonisateur européen.

A voir... absolument!